Revue de presse

Un accord-cadre dans le BTP pour la transition numérique et écologique

Un accord-cadre dans le BTP pour la transition numérique et écologique

Publié le 03/11/2019 dans revue de presse

Les représentants des entreprises du BTP de la région ont signé jeudi cet accord-cadre avec l'État, représenté par le directeur de la DIRECCTE.

 
Les représentants des entreprises du BTP de la région ont signé jeudi cet accord-cadre avec l'État, représenté par le directeur de la DIRECCTE.
 
Plusieurs fédérations représentant les entreprises du bâtiment et des travaux publics régionales ont signé ce jeudi un accord-cadre pour la période 2018-2020 avec l'État, représenté par Jean-François Benevie, le directeur de la DIRECCTE Auvergne-Rhône-Alpes. Etaient notamment présents Philippe Lansard, président de la commission régionale formation de la FFB Auvergne-Rhône-Alpes, Pierre Berger, président de la FRTP Auvergne-Rhône-Alpes, Dominique Guiseppin, Président de la CAPEB Auvergne Rhône-Alpes, et Franck Prouteau, le président de SCOP BTP.
 
Par cette signature, il s’agissait ainsi de montrer l'engagement collectif de l'Etat et de la profession dans l'accompagnement des entreprises dans les transitions numériques et écologiques.
 
5 objectifs prioritaires
 
D'une durée de 3 ans, cet accord cadre comprend 5 objectifs prioritaires, prévoyant 1,5 millions d’euros pour le financement de formations. Il favorise ainsi le développement des petites et moyennes entreprises de la région et leur adaptation aux transitions numériques et écologiques, mais aussi la sécurisation des parcours professionnels et le développement des compétences des salariés les plus éloignés de la formation. L’accord vise également à développer l’amélioration des conditions d'exercice de l'activité du bâtiment et des travaux publics dans la région Auvergne Rhône-Alpes.
 
Parmi les objectifs, l’accord vise à inciter et accompagner les entreprises dans leur évolution et développement. Il tend également à accompagner les entreprises dans leurs démarches d'évolution en matière organisationnelle et de ressources humaines. L’accord a également pour but de sécuriser les parcours professionnels et de répondre aux besoins d'évolution des compétences, mais aussi de lutter contre la concurrence déloyale et la fraude au détachement. Enfin, le dernier objectif de cet accord cadre est d’agir pour la prévention des risques professionnels, et ce afin de renforcer la culture prévention des dirigeants et futurs dirigeants des PME/TPE et prévenir ainsi l'usure professionnelle et les risques de désinsertion professionnelle pour raisons de santé.
 
11/03/2019